EnglishFrenchGerman

Historique du Niger

379033_10150407341704642_1873226865_n.jpg

Préhistoire

De nombreux fossiles de dinosaures (iguanodons) du Crétacé inférieur ont été trouvés à Tazolé, au Sud-Est de l'Aïr. On a mis au jour dans le massif de l'Aïr des vestiges de céramiques du VIIIe millénaire av. J.-C. avant notre ère, contemporains de l'invention de la poterie dans d'autres régions du monde.

Entre 2000 et 3000 avant J.-C., la désertification du Sahara, commencée à cette époque, repousse ensuite vers le sud les populations d'agriculteurs et les céramistes, laissant la place à des communautés d'éleveurs de bovins qui gravent sur les rochers de nombreuses représentations de leurs troupeaux. Des gravures de cette époque témoignent également de la présence à cette latitude d'éléphants, d'hippopotames et d'une faune de savane abondante et variée.

Le désert du Ténéré est riche en témoignages de la présence humaine au néolithique par un abondant matériel de pierre (pointes de flèches, meules, etc.), jusqu'à la désertification de la région au mI siècle avant notre ère

Les Grands Empires Africains

Au milieu de la route trans-saharienne ou transitaient la marchandise (or, sel, esclaves) le Niger a connu une succession de grand empires africain. Un des premiers fut l'empire Kanem-Bornouqui s'est élevé entre le 10e et 13e siecle de notre ere, regnant pres du Lac Tchad, connaissant son apogée vers le 15e s.. Cet empire a survécu a l'arrivée de l'Islam pendant les 10 et 11e s., et est resté une puissance jusqu'au début du 19e s.. Entre le 14 et le 15e s. le Niger était sous le controle de l'Empire Islamique du Malijusqu'au débu du 15e s. ou il tomba sous l' Empire de Songhai qui controllait la région centrale du Niger jusqu'a la fin du 16e s. Au nord du pays dans les montagne de l'Air, ont migré les Touaregs vers le 11e s.. Enfin, le peuple haussa est venu du Nigeria vers le 17e s. s'installant du cote de Zinder.

La colonisation

1_0.jpg

Les premiers Européens à entrer dans cette région sont les explorateurs britanniques Mungo Park (sur le fleuve Niger, 1806), Hugh Clapperton et Dixon Denham (traversée du Sahara de Tripoli à la ville de Koukaoua, capitale du royaume du Bornou, à l'ouest du lac Tchad, par le Kaouar, 1824) et l'explorateur allemand Heinrich Barth(qui traverse les régions de l'actuel Niger pour se rendre à Kano et Tombouctou, de 1850 à 1854). Ces expéditions, toutes organisées et financées par la Grande-Bretagne, visaient officiellement à combattre la Traite négrière et à ouvrir ces régions au commerce européen, sans objectif immédiat de conquête.

Vers 1890 : les Français entrent dans la région, atteignent le lac Tchad et luttent contre Rabah dont l'influence s'étend sur le Bornou ; ils mettent longtemps à réduire la résistance des Touaregs de l'Aïr.

1900 : les Français font du Niger un territoire militaire administré à partir de l'ancien sultanat de Zinder. Il devient une colonie française en 1922.

1927 : le Niger devient une colonie administrée à partir de Niamey pour rééquilibrer les pouvoirs économiques et politiques locaux, diminuer le poids de la communauté haoussa de Zinder ainsi que l'influence du nord du Nigeria, une région riche et peuplée.

1946 : il devient territoire d'outre-mer.

1958 : le 18 décembre, le Niger devient une république autonome au sein de la Communauté, malgré une campagne pour le « non » au référendum par le leader sawaba Djibo Bakary, opposé au chef du gouvernement Hamani Diori.

L'indépendance

3 août 1960 : le Niger accède à l'indépendance et Hamani Diori (1916-1989) est élu président par l'Assemblée nationale. L'opposition avec Djibo Bakary devient de plus en plus forte. Ce dernier, contraint à l'exil à la veille de l'indépendance et qui bénéficiait du soutien du camp progressiste (Kwame Nkrumah, Ahmed Sékou Touré), tenta sans succès de prendre le pouvoir par la force.

avril 1965 : le président Hamani Diori échappe à une tentative d'assassinat ; il est réélu la même année, soutenu par le Parti progressiste nigérien (PPN) qu'il a fondé à partir de la section nigérienne du Rassemblement démocratique africain (RDA).

15 avril 1974 : accusé de corruption et d'incapacité, le président Diori est renversé par un coup d'État militaire et exilé dans l'Est du pays. Le Niger est ensuite gouverné par un Conseil militaire suprême, dirigé par le lieutenant-colonel Seyni Kountché. Son programme porte sur le redressement économique consécutif à la sécheresse et la poursuite de la coopération avec la France notamment en matière d'exploitation de l'uranium (signature d'un nouvel accord économique en1977).

En 1984, une grave famine touche le Nord du pays, en particulier les zones occupées par les pasteurs nomades et de nombreux Touaregs nigériens se réfugient en Algérie et en Libye.

L'apres - Indépendance

En 1968, de l'uranium est découvert a Arlit et entre 1974 et 1979 les prix de l'uranium est multiplié par 5. Cependant, le cout de la vie ne cessait d'augmenter elevant leniveau de pauvreté. En 1987, Kountché meurt d'une tumeur au cerveau et est remplacé par son chef d'Etat major Ali Saidou. Ce dernier crée en 1989 le MNSD, Mouvement National pour une Société de développement et interdit les autres partis. C'est donc sans surprise qu'il gagnera les élections présidentielles de 1989. En 1990, de nombreuses manifestations etudiantes eclatent pour protester contre la politique a parti unique de Saidou. Elles déboucheront sur une confcrence nationale en 1991 a la suite de laquelle sera mis en place un gouvernement provisoir dirigé par Cheffou Amadou. Il faudra attendre 1993 pour que élection multipartis soit tenue nommant Mahame Ousmane le premier président haoussa du Niger. En Janvier 1996, l'armée reprend le pouvoir sous le commendement du Colonel Ibrahim Baré Maïnassara, qui se présentera aux prochaines élections qu'il remportera. En 1999, Baré est assassiné par le chef de la guarde présidentielle, le Major Daoud Mallam Wanke qui devient a son tour président. En Novembre 1999, Mamadou Tandja est élu avec 59% des voix.  Le 18 février 2010, un coup d'État est organisé dans la capitale Niamey aux abords du palais présidentiel. Les insurgés placent le président en état d'arrestation et un Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD) est mis en place, sous la présidence de Salou Djibo, chef d'escadron de l'armée nigérienne. Le lundi 1er mars 2010, le Conseil suprême pour la restauration de la démocratie présente un gouvernement de 20 membres parmi lesquels figurent cinq militaires. La 7e république est proclamée par le chef de la transition le 25 novembre 2010. Après des élections reconnues libres et transparentes par les différents observateurs, en mars et avril 2011, Mahamadou Issoufou a prêté serment le jeudi 7 avril 2011. Il nomme le même jour Brigi Rafini au poste de Premier ministre.