EnglishFrenchGerman

Lankondé Issoufou

issouf_lancondé.jpg

Issoufou Lankondé est le symbole de la sculpture nigérienne. Né en 1954 à Winditan dans la région de Tillaberi, département de Filingué, et décède le 28 janvier 2014 suites d’une maladie à l’hôpital de Niamey. D’un père ancien combattant, Issoufou Lankondé a montré dès son plus jeune âge une certaine prédisposition pour le dessin. A l’école Canada qu’il a fréquenté, c’est surtout dans cette matière que notre artiste en herbe excellait. Plus tard, son incessante envie de découvrir de nouvelles choses va l’emmener au niveau du Centre culturel franco nigérien (CCFN) où il assiste à une exposition d’un sculpteur français.

Ebloui par les œuvres d’art présentées, Issoufou Lankondé va décider depuis  ce jour de s’essayer à cet art qui lui était jusque là inconnu. Son apprentissage va se faire sur les membres de sa famille dont il sculpte les bustes avec la première matière première à portée de main à savoir l’argile. Petit à petit, il acquiert une certaine dextérité et une certaine maîtrise du métier sans pour autant avoir fréquenté une quelconque école. Il commence alors à sculpter ses propres œuvres,  ce qui aboutit à sa première exposition en 1970 au Centre culturel américain de Niamey. Remarqué pour son talent, il va obtenir une bourse pour l’Ecole des Beaux  Arts et Industries en France de 1974 à 1975.

De retour au pays, Issoufou Lankondé n’aura de cesse de participer au rayonnement de la culture nigérienne à travers des sculptures éparpillées un peu partout au Niger. Les grandes productions en matière de sculpture au Niger sont le fait de Issoufou Lankondé qui est devenu le symbole vivant de la profession. Parmi ses innombrables œuvres d’Art, on peut citer pèle mêle, le premier buste de Oumarou Ganda fabriqué en plâtre en 1981, le Cheval de Diffa à l’entrée de l’arène de lutte, le Monument de la Corne de l’Abondance au niveau de l’ex Banque de Développement de la République du Niger (BDRN), Les deux girafes de l’Hôtel de l’Amitié à Tahoua, le buste du Capitaine Issoufou Marafa et l’effigie de Albarka Tchibaou tous les trois à Tahoua, la statue de la Sainte Vierge Marie à la Mission Catholique de Niamey, la Femme de Zarmaganda au gouvernorat de Tillaberi, et tout dernièrement la reprise du buste endommagé de Oumarou Ganda au Centre Culturel Oumarou Ganda de Niamey.

Issoufou Lankondé a également été membre du jury aux jeux de la Francophonie ténus en 2005 au Niger et président du jury sculpture aux jeux de la CENSAD. Le projet qui lui tient actuellement à cœur est celui de  la création d’une Ecole des Beaux Arts à Balleyara, là où il est né. Un projet ambitieux qui permettra sans nul doute à la culture nigérienne de rayonner dans le concert des nations.