EnglishFrenchGerman

Les Filles de ILLIGHADAD

lesfilles_ILLIGHADAD.jpg

Fatou Seidi Ghali, Alamnou Akrouni et Mariama Salah Assouan – viennent de la région des Illighadad, en plein cœur de la brousse du Niger vers  la région de Tahoua.

Rarement on aura entendu des sons qui résonnent avec autant d’émotion que ceux des Filles de Illighadad. Fatou Seidi Ghali dirige ce groupe à la guitare et au chant, avec son jeu mesuré et calme, elle est l’une des seules guitaristes féminines de musique touareg, dans un monde dominé par le genre masculin. Ensemble avec ses cousines Alamnou et Mariame, au chant, elles vont droit à l’essence de cette musique des « ishumars », la mélangeant sur scène avec la tradition du « Tende », enregistrant leurs morceaux dans un grand studio ouvert : le désert.

c924f9_69ef060496804be3be45ded0c863a3b4_mv2.jpg

41130917_303_1.jpg

Avec son groupe de musique touareg au féminin "", elle navigue entre le désert et des tournées en Europe. Fatou Seidi Ghali a pris sa première guitare en main il y a à peine 6 ans. Son frère en avait ramené une à la maison, à Illighadad: "Je sens que quand le public en Europe me voit sur scène, les gens ne savent pas d’où je viens, ni qui je suis," dit la jeune artiste. "Ils ne savent pas quelle est ma religion. Alors à travers vos questions, ils vont commencer à me comprendre."

Filles_Feature_2.jpgL’Amour, la religion, les difficultés de la vie, la joie de la communauté, la glorification de la nature et la culture Touaregs sont les thèmes distillés au gré de leurs morceaux.

14962712_1134302896656486_4492385901606952044_n.jpg