EnglishFrenchGerman

KITARY

KITARY.jpg

Kitary de son nom à l’état civil Mouhamed Harouna Kitary Coulibaly , Né le 21 Décembre 1996 à Niamey, est le fils d’une des plus grandes voix du Niger, la diva Fati Mariko. Un bel héritage dont il est fier mais dont il veut pourtant se départir pour tracer son propre chemin.

Cela ne manque jamais à chacune de ses apparitions. Le jeune artiste est souvent, trop souvent à son goût, comparé à sa mère, Fati Mariko. « En général c’est ce que les gens disent, mais je n’aime pas que l’on dise cela. On peut effectivement dire que je tiens d’elle, mais la voix, c’est Dieu qui la donne et au-delà de ce don, de ce talent brut, il faut travailler » se défend Kitary. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ombre de sa célèbre génitrice plane au-dessus de lui. Une ombre et un univers musical dont il a essayé de s’éloigner mais peine perdue.  

Cette dernière est pourtant sa première source d’inspiration et sa première supportrice. Immense artiste connue au-delà des frontières du Niger, Fati Mariko, qui demeure l’une des voix les plus appréciées du pays, a su très tôt déceler le don qui était celui de son fils. Elle lui prodigue évidemment d’utiles conseils et l’épaule dans ses premiers pas dans un univers artistique où il n’est fait aucun cadeau. Son souhait, que son fils ait une carrière aussi longue que la sienne et plus encore. Une carrière, qui pour elle, dure depuis plus de trois décennies et a démarré en 1986 au sein du groupe Marhaba Elle s’imposa rapidement comme chanteuse principale de la formation Marhaba. Dix ans plus tard, en 1996, Marhaba éclate et Fati Mariko poursuit une carrière déjà lancée. S’ensuit des collaborations au plan local (Yacouba Denké Denké, Haro, Abdallah, John Sofa Kolé, Adam’s junior, Poussy etc..) et à l’international (Macintosh, Kamel Zekri etc…) pour la Diva nigérienne. Elle se produit au Niger, en Afrique et en Europe. Fati Mariko enregistre 3 albums « Issa Haro » en 2001, « Bébé en 2003 » et « Incha Allah » en 2008.

Rattrapé par l’évidence

Du haut de ses 24 ans célébrés le 21 décembre dernier, Kitary impressionne. Une maîtrise vocale hors du commun, une présence scénique et surtout une voix à vous donner le frisson. Le jeune homme n’est pourtant pas précoce comme on l’aurait pu le penser. Il fait d’abord du théâtre. Ce qui lui a valu de décrocher des rôles dans des séries télévisées dont « A Niamey » qui passe sur des chaînes câblées. Mais des planches au podium, il y a qu’un pas et Kitari a tôt fait de la franchir. Ce n’est qu’à ses 15 ans, qu’il intègre le groupe de sa mère en tant que choriste. Là, il fait ses gammes et se découvre une réelle passion pour la musique, comme si cela pouvait en être autrement. Son talent et la pureté de sa voix sont indéniables. Un artiste à part entière venait de naître.

Image-slide-6.jpg

Désigné « Révélation du mois » lors de l’émission panafricaine Tapis Rouge, enregistrée à Niamey le 26 février 2019, Kitary de son vrai nom Mouhamed Kitary Harouna Coulibaly, est l’une étoiles montantes de la musique nigérienne. On peut dire qu’il a de qui tenir.

Volé de ses propres ailes

A 18 ans, il débute une carrière solo. Si sa maman fait du tradi-moderne, le jeune homme se tourne plutôt vers le RnB. Il compose lui-même ses chansons mais est également un remarquable interprète.  « J’étais tellement passionné que même pendant mon examen du BAC, je continuais les répétitions. A la descente des épreuves, je courrais aussitôt retrouver le micro sous le regard désapprobateur de maman », nous raconte-t-il rieur. Celle-ci est son premier fan et suis de près sa carrière. Elle lui prodigue évidemment d’utiles conseils.

En 2017, l’année de ses 20 ans, Kitary sort tour à tour deux singles, « Lève-toi » et « Maman Trésor » en collaboration avec Joël Choco. L’accueil des mélomanes le conforte dans son choix. Les critiques sont dithyrambiques sur son talent. « Life » sort en 2018 et les commentaires du public sont tout aussi élogieux. Mais la carrière de l’artiste peine à décoller tant au plan national et encore moins à l’international. La raison est toute simple selon lui : « Le talent est là, nous travaillons, mais nous n’avons de réelle industrie musicale au Niger. Les promoteurs culturels et les mécènes sont quasi inexistants. Nous nous débrouillons nous-même pour produire nos œuvres. Ce n’est pas fait avec tout le professionnalisme que cela requiert, ce n’est pas évident de s’exporter hors du pays », déplore Kitary.  Une situation qui pourrait bien changer.

Image-slide-1-1.jpg

2019, l’année de la consécration 

L’année 2019 démarre sous de bons augures pour Kitary. Après une audition, il est présélectionné pour le célèbre show panafricain, « The Voice Afrique Francophone ». A l’issue de la phase nationale de sélection, « The Voice Tour Niger » il est sélectionné avec cinq autres talents pour représenter son pays lors du Show continental qui se tiendra à Johannesburg. 

Une aubaine et une exposition médiatique que le jeune artiste compte mettre à profit pour booster sa carrière. « Mon grand rêve c’est avant tout de m’imposer ici au Niger et d’exporter la musique de mon pays dans toute l’Afrique. Je veux faire des tournées dans toute l’Afrique et être un artiste mondialement connu comme peuvent l’être des artistes du côté du Nigeria ou de la Côte d’Ivoire. Mais à court terme, j’aimerais signer dans un grand label et avoir derrière moi une grosse maison de production », raconte le jeune homme.

En attendant d’en arriver là, Kitary est en pleine préparation de son premier album. Un album annonce-t-il, aux sonorités World Music et RnB sans oublier la touche traditionnelle.

2kitary-officiel_copie.jpg

site web Officiel www.kitaryofficiel.com